samedi 13 octobre 2007

Katmandu Kharikhola

Et oui nous sommes redescendus de notre montagne ! Apres un long mois sans aucun contact et sans aucunes nouvelles, vous nous avez beaucoup manques !!! Voici un resume en texte et en image d'un mois passe dans l'hymalaya...
Katmandu Jiri
Les sacs sont sur le toit du bus, nous decollons a 7h00 de Katmandu, tres excites a l'idee d'aller nous immerger pendant un mois dans ce village himalayen. Le bitume cede rapidement la place aux cailloux, puis a la terre et a la boue. Malgre les nombreux sursauts du bus, nous arrivons tout de meme a nous endormir, n'ouvrant que de temps en temps les yeux pour photographier du regard, les rizieres a perte de vue, les femmes, magnifiques dans leurs robes rouges, assises au bord de la route, les gamins courrant apres le bus ou les vieillards croulants sous leurs charges. Le depaysement est total... A 16h00, nous arrivons a Jiri, point de depart des porteurs pour le camps de base de l'everest. L'ambiance est etrange dans ce lieu de passage ou se croisent treckeurs, porteurs, paysans des montagnes, etudiants, commercants...Nous suivons le groupe d'etudiants de Kharikhola, qui remonte dans leur village pour le festival, jusqu'a un petit refuge sombre et craceux, nous faisons connaissance avec nos amis et degustons a l'occasion notre premier (mais loin d'etre le dernier) chyaang (boisson fait maison a base de riz, mais ou millet fermente)
Jiri Kenja
6h, reveil, black tea, mais, a notre grande surprise, la majorite du groupe est deja partie, il ne reste que Suresh et Roshan qui marcherons avec nous. Apres 3 heures de marche, petit dej. L'ascension jusqu'ici a ete dure, surtout pour le souffle. Plus loin, un barrage maoiste, les “rebelles” nous demandent 100 roupies pour continuer notre chemin et nous donnent un recu.
La suite de la journee est vraiment dure, on en chie, les jambes tremblent, nous n’atteindrons pas Kenja aujourd’hui... Nous nous arretons, après plus de 10 heures de marche, pour nous faire devorrer par les puces.
Une journee de repos a Kenja
6h, le premier pied par terre est une dechirure, les muscles endoloris se reveillent, tout notre corps cri au secour. Mon tendon droit qui me titillait hier me fait terriblement souffrir. Les sacs sont pres, nous marchons jusqu’a Kenja (1 heure de route) et laissons nos amis rejoindre leur village (ils y seront en 2 jours), nous resterons ici pour la journee le temps de se remettre d’aplomb.
Kenja Goyam
Aujourd’hui nous avancons doucement, le tendon est douloureux, ca tire, ca craque, c’est dure, les paysages somptueux qui nous entourent sont la seule chose qui nous donne du courage.
Nous stoppons finallement notre marche apres 7 heures d'une montee interminable a Goyam, petit patelin de 5 maisons, l’ambiance y est moyenageuse, les habitants vivent ici dans des bicoques en bois avec comme point central la cheminee autour de laquelle tout le monde vient s’agglutiner. Le froid est mordant et la pluie ne tarde pas a arriver. Nous passons la soiree avec la famille de la maisonnee, 3 porteurs rencontres durant la journee, et deux trekkeuses irlandaises. L’ambiance est detendue et l’accordeon soigne les coeurs engourdis par une journee difficile et froide. La beaute des gens d’ici est incroyable, meme si leurs visages sont marques par la rudesse de cette vie ou toute action necessite beaucoup d’energie.
Goyam Jumbessi
6h00, le vent glacial de la montagne semble s’etre leve a la meme heure que nous, meme la gamelle de nouilles chinoises ne suffit pas a rechauffer nos membres engourdis. Apres une heure de marche nous franchissons notre premier col a plus de 3000m. La pass de Lamjura, qui est le plus haut col que nous aurons a traverse, annonce une longue descente de plusieurs heures jusqu'a Jumbessi. Mon corp souffre, j'ai parfois la curieuse sensation que mes muscles sont en train de s'attrofier pour devenir en fin de journee des petites boules compactes et douloureuses.
Jumbessi Nunthala
Depart a l'aube, a 10h, nouilles chinoises devant la seule vue que nous aurons de l'Everest, 12h nous degustons le fromage de nak (femelle du yack) mais apprenons que nous ne montons pas assez haut pour avoir la chance d'en apercevoir (sniff)
Apres de nombreuses heures de marche au milieu de la foret et des terrasses qui faconnent la montagne, ou seuls les cris de quelques paysans pour faire avancer leurs atelages viennent perturber le silence apaisant, nous posons le camps a Numthala.
Nunthala Kharikhola
7h, nous quittons Nunthala par une longue descente, un supplice pour mes chevilles qui n'en peuvent plus. S'en suivent 3 heures de montees avant de voire enfin se dessiner la fin de notre calvaire....
Une derniere grimpette et enfin, la recompense : une jolie petite lodge au pied de la stuppa et du monaster surplombant deux vallees. Nous faisons la connaissance avec Padam et sa famille chez qui nous logerons 1 mois durant.
probleme de connection la suite et les photos suivront plus tard !!!!!!!!!!!!

11 commentaires:

jocoso a dit…

Ma coco
Quelle joie de te lire, je l'avoue: le manque de correspondance commençait à être dure à supporter!!!Tout comme ces marches difficiles, me semble-til?
Enfin je suis vraiment ravie d'avoir de vos nouvelles même si la technologie n'est pas à la hauteur!
c'est pour moi l'heure d'aller au boulot ( 13h 20 pessées de quelques minutes!)
a bientot de vous lire
je vous aime et vos embradde

Mum' et Claude a dit…

Bon sang qu'est-ce qu'on est content de d'avoir de nouveau des news. Vous aussi vous nous avez manqué !
J'espère que la redescente a été moins difficile que la montée ! Peut-être êtes-vous un peu plus entrainés après un mois passé dans la montagne ...
Nous revoila de nouveau suspendus au blog des ti-chapeaux.
Des milliers de bisous de la Baase-cour.

Prof illibérien a dit…

enfin vous!
même sans photos, vous avez le génie de la création picturale par vos récits. On s'y croirait; j'ai l'impression de grimper ou de descendre avec vous, de glisser, d'être dévorée par les puces et de boire et manger hymalayéen!
Toujours bravo. J'attends la suite... Bisous et courage pour continuer.

Mélanie a dit…

Un bonheur de vous lire... Merci de nous faire partager tout cela. Plein de bises douces. Prenez soin de vous.
Méla

joce a dit…

que d'aventures...en panne d'ordi depuis un moment je me suis fait une bonne lecture d'une traite c'est mieux qu'un bouquin (hé ouais les héros j'les connais).les pentes de l'himalaya ont l'air de vous avoir fait souffrir et ca me rapellait mes problemes de jambe et de fesses mais bon je ne tiens pas a vous voler la vedette avec mes soucis.c'est pourquoi je vous embrasse super fort(meme toi jojo)et vous souhaite tout le bohneur du monde et que quelq'un vous prenne la main(je sais c'est beau mais je me suis mis a la poesie pendant votre absence)a tout bientot joce

coco & jojo a dit…

On t'aime Joce!!!! Tes commentaires, ton lyrisme et tes problemes de fesses nous manquait...
A tout tantot...
les chapeaux

jocoso a dit…

Surprise de votre réponse rapide, de ce jour, à Joce!Seriez-vous sur l'ordi en même temps que moi?

les cailloux a dit…

salut les voisinus,
enfin des nouvelles, l'attente était insupportable, nous ne mangions plus(surtout evelyne), ne nous lavions plus(surtout moi) et surtout, surtout, refusions toute croute de comté ou pot de cancoillote...Mais voici des nouvelles des voisins prodigues, vous allez bien, nous allons pouvoir reprendre l'appétit, et les abblutions quotidiennes...
merci...
allez en lien, une photo de la future maman (mais qui l'est déjà hein...):
http://img526.imageshack.us/my.php?image=evelynemh4.jpg
on vous bises très fort(même toi coco)...
les cailloux fois deux virgule 9.

Anonyme a dit…

salut frero je voi que tout se passe bien pour vous. je vous passe un petit bonjour de l alsace. on pence a vous. bonne chance pour la suite. fred

titite et charles a dit…

salut à vous deux
comme pour tous, ,c'est bien agréable de vous relireOn doit dire que le manque se faisait cruellement sentir.ON partage
avec vous les difficiles assencions et les dures journees qui suivent .il est bien loin'le p'tit bouton qui gratte'je suis sure que ca dit quelque chose à coco ;bonne route comme toujours et continué à profiter de votre liberte meme si la montagne ne vous est pas familière et semble rude à vivre!!!!

chon et joffrey en plein boulot !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ça change................. a dit…

salut ma coco, je ne vais pas répéter que ça fait tres plaisir de ravoir de vos nouvelles .. nous (avec joffrey) on est en plein boulot chez la mamie : enlevage !! de papier peint , peinture (pleintes et portes et radiateur) et pose de pârquet dans la chambre de la mamie et la chambre orange . désolé pas le temps de vous parler plus car j'ai un patron au cul (le Charles !!!!!!!!!!!!!)
Enormes bizous j'essaye de revenir ce soir ou demain
Je vous aime de tout mon coeur